Design web & mobile

Inartis

Le projet

Inartis est un projet qui se développe autour d’une problématique comme évoqué précédemment. J’ai choisis de travailler la notion d’espace dans les œuvres d’arts. On s’y attarde que très rarement et pourtant elle a toute son importance, c’est quelque chose qui n’est pas toujours facile à assimiler et à percevoir en deux dimensions lorsque l’on regarde une oeuvre. Le VR offre la possibilité d’appréhender une oeuvre d’une autre manière et d’aborder la notion d’espace de façon moins frontale et plus accessible aux personnes ayant des difficultés à visualiser en deux dimensions.

Inartis ? Ca veut dire quoi?

Le nom du concept tiens son origine de deux mots latin. Le latin a été un choix relativement évident, dans un premier temps pour sa sonorité agréable à l’oreille mais aussi et surtout pour réaliser un paradoxe entre l’ancien et le nouveau, tout comme dans l’art ou on se nourrit de ce qui a été réalisé anciennement pour en faire quelque chose de contemporain. Tout est recyclé , réadapté et transformé mais on ne part jamais de rien.

De fait, inanis représente « le vide » et artis veux dire « artistique ». Le nom prends tout son sens une fois que l’on utilise le casque VR. En effet le vide se crée autour de nous , de l’endroit ou nous sommes une fois que l’on dispose le casque sur notre tête . Pour ensuite faire entrer l’utilisateur dans un monde nouveau, le monde de l’art.

De plus, en travaillant sur la typographie , je me suis rendu compte que le “A” central d’Inartis pouvait facilement devenir un “V” une fois retourné , ce qui collait plutôt bien avec le thème de mon projet …

Choix des œuvres

Lors du commencement de mon projet, je m’étais focus essentiellement sur un artiste en particulier qu’était Magritte. Mais une fois lancé dans le projet et ayant affiné mon sujet, Magritte ne devenait plus une priorité mais bien une possibilité. J’ai décidé de partir d’oeuvres qui me paraissaient plus compliquées à visualiser en deux dimensions ou qui pourraient être tout simplement intéressantes à travailler avec la Réalité Virtuelle. Je n’oublies pas Magritte pour autant qui peut-être un fil conducteur parmi les œuvres choisies pour diverses raisons mais pour le moment je me consacre à d’autres artistes tel que Kasimir Malevitch, Yayoi Kusama, Henri Matisse ou encore Piet Mondrian.

Une couleur comme ligne de conduite

Comme vous l’avez sans doute remarqué une couleur en particulier est prédominante dans tout le projet… Il s’agit bien du rouge.

La couleur qui est utilisée pour les visuels et designs du site est donc un rouge plutôt vif mais qui est adoucit par une touche rosée allant vers le magenta. Cette couleur a été choisie car le rouge est une couleur que l’on retrouve dans toutes les œuvres qui sont exploitées pour l’expérience. Que ce soit en grandes zones d’aplats ou en touches plus distinctes on l’a retrouve dans chaque oeuvre sélectionnée. De fait, il paraissait donc évident de s’approprier cette couleur et d’en faire la couleur principale de l’identité du projet.

Recherche autour du design

Lorsque que j’ai imaginé le design du site principal, j’ai tout de suite visualisé un type de slider bien particulier car je le trouvais assez en accord avec le thème de mon projet mais aussi avec moi même. Je voulais quelque chose de sobre, épuré, géométrique et de préférence en y intégrant un petit clin d’oeil artistique. Je me suis donc inspiré de slider influencé par le Mondrianisme.

Voici le premier jet de mon design concernant le site du concept aux influences mondrianiste.

Et voici la version finale de mon slider.

Cependant, comme expliqué précédemment, j’ai du revoir a qui s’adressait ce projet. Bien sûr j’aimerais pouvoir l’utiliser sur des étudiants mais pour cela je dois m’adresser aux professeurs afin de leur permettre de comprendre le concept pour qu’ils puissent ensuite l’utiliser en classe avec un groupe d’élève. J’ai donc du revoir mon premier public cible.

J’ai donc créer une landing page expliquant le concept ainsi que l’utilisation du projet, pour les professeurs. Mais aussi un PDF adressés aux élèves (Feuilles support que les professeurs peuvent distribuer aux élèves) suivi un questionnaire à réaliser à la fin de l’expérience afin d’évaluer la compréhension de chacun et estimer la qualité de l’expérience.

Concrètement , on voit quoi dans ce casque ?

Le projet Inartis tourne autour de la notion d’espace dans l’art, il est donc mis en place afin d’avoir une meilleure représentation ou une représentation tout court de ce qui est difficile à percevoir et à comprendre dans une oeuvre en deux dimensions.

J’ai donc du partir de la structure de l’oeuvre que j’ai choisie pour la modéliser en 3D. Autrement dit, rendre “palpable l’impalpable”. Partir d‘une surface complètement plane pour en faire un volume, que l’on peut voir sous différentes facettes.

Kasimir Malevitch “Composition suprématiste: avion en en vol.” 1815

Le concept de suprématie de Malevitch repose sur l’ambition de décharger son art de toute référence aux objets existants, physiques du monde tel qu’on le connais.

Le travail de la forme dans l’espace tel que l’artiste le présente dans cette oeuvre est assez particulier étant donner que les formes semble flotter dans au dessus d’un vide incertain. On pourrait avoir du mal à distinguer ou les formes se situent dans l’espace, un aspect qui me semble intéressant de soulever et de travailler avec le VR.

L’oeuvre suivante reste toujours dans un travail géométrique mais avec une intention et un style quelque peu différent.

 

Il s’agit d’un tableau du peintre Piet Mondrian “ Broadway Boogie-Woogie” 1942–1943

Test utilisateur

J’ai eu l’occasion de faire tester une première version du projet dans des classes de 4èmes générales option Art et expression à l’institut St-André de Charleroi. Cependant, pour des raisons de sécurité lié à des incidents causé par des anciens élèves revenus sur le lieux, l’école ne m’a pas permis de faire moi même le test. C’est donc un professeur extrêmement sympathique qui a testé le concept avec une de ses classes.

Les retours de la part des élèves sont assez positifs, ils sont assez content de pouvoir testé ce genre d’outil et d’imaginer pouvoir l’utiliser dans le cadre scolaire. La vision de l’espace a été en générale mieux perçues avec le VR surtout pour les personnes aillant des difficultés à voir dans l’espace. J’ai eu mêmes certains élèves qui disaient voir cela intéressant aussi pour les cours de math, pour tout ce qui tourne autour de la perspective.

Du côté du professeur, celui-ci fut assez intrigué par le casque et ce qu’il pouvait y percevoir, pour lui il y a encore certains détails à revoir mais il se montre très satisfait de l’expérience et se voit très bien intégré ce genre de concept dans ses cours.

Le stand lors du jury

Voici quelques visuels du stand présent lors de la présentation des TFE ainsi que divers supports de communication autour de celui-ci.

 

 

Merci.

     Projet au hasard